lundi 30 août 2021

La contribution française à la victoire de la Turquie kémaliste sur la Grèce constantinienne (1921-1922)


 Caricature parue dans le quotidien L’Avenir, 6 septembre 1922

 

Stanford Jay Shaw, From Empire to Republic. The Turkish War of National Liberation, 1918-1923, Ankara, TTK, 2000, volume III-2, pp. 1434-1435 :

« En outre, à partir du milieu de septembre 1921, avant même que l’accord d’Ankara [prévoyant l’évacuation, par l’armée française, des zones occupées dans le sud-est de la Turquie, ce qui permit un redéploiement turc sur le front occidental, contre les Grecs], les agents turcs en France furent autorisés, à la suite des négociations menées par l’agent kémaliste Hamit Bey avec le haut-commissaire français, le général [Maurice] Pellé, à acheter à des compagnies privées installées en Angleterre, en France et en Allemagne [rappelons ici que l’industrie de guerre allemande était étroitement contrôlée, à l’époque, par l’Entente, et notamment par la France] 100 000 fusils allemands ainsi qu’1 300 000 cartouches anglaises et autres munitions, ainsi que des uniformes d’hiver, des chaussettes et des bottes, d’autres vêtements d’hiver encore, puis de les faire convoyer par des navires français à Antalya, en Cilicie, ou encore, de temps en temps, à Inebolu sur la mer Noire, tout cela arrivant sans problème à la fin de novembre. Un rapport du renseignement britannique daté du 22 février 1922 estimait qu’entre la signature de l’accord d’Ankara et le 1er février 1922, les agents turcs en France avaient aussi acheté au moins un canon lourd et 194 000 obus. Tout cela constituait une contribution significative à l’armée qu’Ismet (Inönü) construisait à la suite de la victoire sur la Sakarya en 1921, afin de mener une grande offensive qui pousserait les Grecs à la mer durant l’été suivant. »

 

M. Briand, président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, M. Barthou, ministre de la guerre, 11 janvier 1922, document reproduit dans in Christian Blaecher (éd.), Documents diplomatiques français. 1922, volume I, Berne, Peter Lang, 2007, pp. 70-72 :

« Je réponds à vos télégrammes des 7 et 9 janvier.

La liste des cessions [aux Turcs, gratuitement] comprend en effet :

— 10 000 tenues neuves ou bonnes avec chaussures ;

[10 000] fusils Mauser et les cartouches récupérées ;

— 2 000 chevaux ;

— 10 avions, 10 moteurs de rechange, 10 tentes abri et le matériel de la station T.S.F. [c’est-à-dire radio] d’Adana.

[…]

Je vous prie donc d’adresser d’urgence à Beyrouth les ordres nécessaires pour que ces cessions soient immédiatement réalisées […] Tout nouveau retard nuirait gravement aux intérêts français, comme nous le signalent nos agents sur place. »

 

Roger de Gontaut-Biron et L. Le Révérend, D’Angora à Lausanne, Paris, Plon, 1924, p. 100 :

« L’Hellé [navire grec] ayant menacé la ville de Mersine d’un bombardement, le commandant du stationnaire français sur cette rade signifia même au croiseur hellène que tout acte de cette sorte sur la côte de Cilicie serait considéré par la France comme un acte d’hostilité. En prévision de toute éventualité, l’amirauté française doubla l’aviso-stationnaire du croiseur Cassard et l’Hellé reprit la mer.

Au commencement de juin [1922], le vapeur français Saint-Marc se dirigeait sur Mersine, avec un important chargement de camions automobiles Berlier, 10 000 fusils mitrailleurs, 7 avions et 150 tonnes de matériel sanitaire, à destination de l’armée turque. »


Annotation du ministère des Affaires étrangères la lettre du général Maurice Pellé annonçant, le 14 août 1922, la reconquête turque, Archives du ministère des Affaires étrangères, microfilm P 1378 :

« Cela m’a été confirmé par M. Franklin-Bouillon [négociateur de l’accord d’Ankara en 1921 puis de l’armistice de Moudania en 1922], qui a conseillé aux Turcs d’attaquer. »

 

Lettre du colonel Louis Mougin au général Henri Gouraud, 7 octobre 1922, reproduite dans Paul Dumont, « À l’aube du rapprochement franco-turc : le colonel Mougin, premier représentant de la France auprès du gouvernement d’Ankara (1922-1925) », La Turquie et la France à l’époque d’Atatürk, Paris, ADET, 1981, p. 104 :

« Mes télégrammes vous ont mis au courant au jour le jour. Les opérations [contre la Grèce] se sont déclenchées suivant le plan que le G[énér]al Buat [chef des armées françaises] m’avait développé à mon départ de Paris et que j’avais soumis et discuté avec Ismet Pacha, d’abord à Akcheir, et avec Mustafa Kémal Pacha à Angora. Ce plan a été adopté et tout a été réglé par Fevzi Pacha dans les moindres détails. Attaquer sur un front en rapport avec les forces possibles. Percer, faire passer la cavalerie pour couper les communications. Nous avons discuté longuement du choix du terrain, de la largeur du front à attaquer avec 12 divisions + 3 en réserve et 4 divisions de cavalerie prêtes à franchir les lignes. Cela a collé au-delà de toutes les espérances. »

 

Lire aussi :

Le soutien nationaliste arménien à l’irrédentisme grec-constantinien, massacreur de marins français et de civils turcs

Les volontaires arméniens dans l’armée de la Grèce de Constantin Ier, massacreur de Français et de Turcs (1921-1922)

Quand l’Histoire fait date : la victoire du 30 août 1922

Les Arméniens d’Ankara et la victoire turque d’août-septembre 1922

Le témoignage de Paul Grescovitch (chef d’une brigade de pompiers) sur l’incendie d’İzmir (« Smyrne ») en 1922

Lothrop Stoddard : "Une puissante armée grecque (...) a commis des atrocités massives contre les habitants turcs"

L’hostilité (et la lucidité) de Raymond Poincaré envers les nationalismes arménien et grec

Les Grecs en Asie mineure (1919-1922) : une défaite annoncée

1920-1921 : l’irréductible conflit des points de vue français et nationaliste arménien sur Çukurova (« la Cilicie »)

La France briando-poincariste contre l’axe FRA-Hoyboun (alliance de nationalistes arméniens et kurdes)

L’ASALA et ses scissionnistes contre la France socialiste de François Mitterrand

Quand Jean-Marc « Ara » Toranian menaçait d’attentats la France de la première cohabitation (1986)

L’amitié franco-turque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le racisme élémentaire de Garen Shnorhokian

  https://twitter.com/GarenShn/status/1573262702931214336 Lire aussi : La conduite exécrable des légionnaires arméniens en 1918-1919 Les vol...

Textes les plus consultés