mardi 5 mai 2020

L’exaspération de Lord Curzon face à la politique de purification ethnique mise en œuvre par l’Arménie (1920)




Salâhi Sonyel, Turkey’s Struggle for Liberation and the Armenians, Ankara, SAM, 2001, p. 107:
« Le 12 février [1920], Lord Curzon [ministre britannique des Affaires étrangères] envoya le télégramme suivant à Wardrop : “J’adresse une lettre à [Avétis] Aharonian [président de la Délégation de la République arménienne], soulignant le mal fait à la cause de son peuple par les atrocités qu’ils [les hommes de la Fédération révolutionnaire arménienne – Dachnaktsoutioune] commettent contre les musulmans, ce qui nous revient aux oreilles, et sur la nécessité urgente de pratiquer une politique de réconciliation plutôt qu’une politique de revanche.” R. McDowell, du Foreign Office, en annotant ce document, observa : “Aucune paix véritable ne sera obtenue tant que des mesures énergiques ne seront pas prises par les Arméniens eux-mêmes pour détruire les activités des Dachnacs. Ces gens-là, tels que Dro, Hamazar, Gulhandian, etc., sont surtout à blâmer.” Le 1er mars, Aharonian répondit à Curzon en niant que les Arméniens eussent envahi la province de Karabağ en tuant des Tatars [Azéris] en nombre et détruit plusieurs villages. Il ajouta en annexe à sa lettre un télégramme de Toumanoff, à Tbilissi, daté du 7 février [1920] niant de la même façon faisant porter les torts sur les Tatars, “qui tentent d’exterminer la population arménienne dans le district de Nakhitchevan.” Le Foreign Office répondit en accusant les Arméniens [nationalistes] d’avoir commis des massacres. »

Avetis Aharonian, « From Sardarapat to Sèvres and Lausanne. A political Diary — Part IV », Armenian Review, XVI-3, Autumn 1963, pp. 52-53, entrée 8 avril 1920 (citant Lord Curzon) :
« Je suis contraint, cependant, d’observer, que vos compatriotes, surtout le parti Dachnak [Fédération révolutionnaire arménienne], dont je pense vous êtes membre, Monsieur Aharonian… que ce sont eux qui sont souvent à l’origine de la rupture de la paix. Vos trois chefs, Dro [Drastamat Kanayan], Harnazasp et Kulkhandanian [Giulkandanian] sont à la tête des bandes qui ont détruit les villages tatars [azéris] et ont organisé des massacres au Zanguezour, à Surnalu, Etchmiadzine et Zangibazar. C’est intolérable. Regardez — et à ce moment il pointa un dossier de documents officiels sur la table —, regardez ceci, les rapports datés de décembre [1919] sur les villages tatars [azéris] réduits à l’état de ruines durant les quelques mois précédents, rapports que mon représentant Wardrop m’a envoyés. […]
Vos intérêts demandent que vous soyez pacifiques, autrement nous ne pouvons pas vous aider, nous ne pouvons pas vous fournir en armes et en munitions, car vous les utiliserez contre les Tatars [Azéris]. »



Lire aussi :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le témoignage d’un évêque arménien sur les assassinats et les dévastations commis par les forces russes en 1877

    Docteur L. Bernhard, Les Atrocités russes en Bulgarie et en Arménie pendant la guerre de 1877 , Berlin, Albert Abelsdorff, 1878, pp....

Textes les plus consultés